Le mystère de Callander Square. Anne Perry

« Cette enquête semblait élémentaire : quelle femme de chambre indélicate du très chic Callander Square a enterré ses nourrissons adultérins dans le parc ? Mais la vérité est loin d’être aussi simple, et le gentleman inspecteur Thomas Pitt n’est pas au bout de ses surprises, dans cette haute société victorienne ou les faux-semblants sont rois. » (Editions 10/18, 2002, 348 pages)

mystère de callander squareMa dernière participation au Mois anglais sera ma première lecture ! 🙂
Comme je ne savais pas par quoi commencer et en attendant vos recommandations, je me suis tournée vers une valeur sûre : Anne Perry. Le mystère de Callander Square est la deuxième aventure de Charlotte et Thomas Pitt. C’est une série que j’ai découvert il y a longtemps et que je lis régulièrement mais pas dans l’ordre. J’essaie d’y remédier depuis quelques temps mais j’ai encore des trous dans ma collection. Je n’arrivais d’ailleurs pas à trouver ce livre jusqu’à très récemment. Le Mois anglais était donc l’occasion idéale pour le sortir de ma PAL.

Charlotte Ellison a quitté le confort de son rang social par amour pour Thomas Pitt, un inspecteur mal fagoté mais à l’intelligence vive. Désormais mariée et chichement installée dans une petite maison de Londres, Charlotte attend son premier enfant. Sa soeur, la pétillante Emily a quand à elle fait un beau mariage en épousant Lord Ashworth. Mais malgré les bals et les visites de courtoisie, elle s’ennuie.

L’enquête commence dès les premières pages. Deux cadavres de nouveaux nés sont découverts dans le jardin du très chic quartier de Callander Square. L’inspecteur Thomas Pitt à qui est confiée l’enquête va rapidement être confronté au mutisme des habitants du quartier. Son métier lui octroyant un statut inférieur à celui de majordome, les domestiques le traite avec dédain et les puissants n’ont que faire d’un inspecteur dont ils redoutent tout de même les capacités de déduction. Pas facile donc de retrouver la mère de ces enfants pour savoir s’ils sont morts nés ou s’ils ont été tués. Toutes les femmes en âge d’être mère sont suspectées.
La curiosité est un des principaux traits de caractère de Charlotte. Elle fait donc en sorte de se tenir informée des enquêtes sur lesquelles travaillent son mari et partage ses découvertes avec sa soeur Emily. Quand elle comprend que le statut de Thomas risque de compromettre le succès de l’enquête, elle reprend son nom de jeune fille est se fait engager par le général Ballantyne, alors en pleine rédaction des mémoires de guerre de sa famille, pour classer les correspondances et documents familiaux. Le général résidant Callander Square, Charlotte est donc aux premières loges pour découvrir quelques secrets inavouables. Emily qui s’ennuie un peu dans une société polie et superficielle, profitera de son statut et de ses relations pour faire la connaissance des résidents du quartier et tenter de découvrir les secrets que cache toute famille respectable. Malgré cette aide imposée, Pitt aura bien du mal à découvrir la vérité. D’autant plus que bientôt, le cadavre d’une jeune femme disparue deux ans plus tôt est découvert.

Anne Perry nous offre une belle galerie de personnage masculin : du militaire plus droit que ses bottes, au banquier trouillard, en passant par un médecin maître chanteur. Certaines femmes valent aussi le détour comme Augusta qui régente sa maison d’une main de maître. Engluée dans leurs mensonges et la peur d’être humilié, la haute société victorienne ne se laissera pas faire. C’est donc dans les toutes dernières pages que le mystère sera résolu.

C’est toujours avec beaucoup de plaisir que je retrouve les enquêtes du couple Pitt. J’aime beaucoup le personnage de Charlotte, pétrie de justice et de curiosité mais réaliste quant à la place des femmes à son époque; ainsi que celui d’Emily, qui grâce à sa position sociale nous ouvre les portes de ces familles en apparence sans histoire. Ce qui me plait aussi dans ces aventures, c’est que chaque nouvelle enquête est l’occasion pour Anne Perry d’aborder un problème de l’époque : ici la place des femmes, l’infanticide et les enfants adultérins. Le mystère de Callander Square est un bon cru malgré une fin que je trouve, comme souvent, trop rapide.

mois anglais

Publicités

3 commentaires

  1. ça y est moi j’ai fini la série que j’ai lu dans l’ordre et pour moi ce second tome fait partie des meilleurs, même si la fin est trop abrupte, c’est ce que je reproche à tous les Anne Perry d’ailleurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s