La pluie, avant qu’elle tombe – Jonathan Coe

la pluie avant qu'elle tombe

« Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen.
S’appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd’hui, l’histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l’enfance perdue et quelques lieux magiques.
Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ? » (Folio, 2010, 267 pages)

Voici un livre repéré depuis quelques temps sur la blogosphère (ne me demandez pas où j’ai oublié -poisson rouge-) dont j’aime beaucoup la couverture et le titre que je trouve très poétique.

A la veille de sa mort, Rosamond revient sur son passé et les femmes qui ont marqué sa vie. De sa cousine-meilleure amie à ses amantes, chaque femme a laissé son empreinte en elle et influencé son existence. Toute sa vie, Rosamond s’est accroché aux liens, même ténus qui existaient entre elle et ses femmes. En tant qu’amie, elle les a soutenu, a été le témoin de leurs erreurs, a parfois été le trait d’union entre chacune, avec plus ou moins de réussite. Mais elle n’était pas seule à décider.
Au soir de sa vie, par l’intermédiaire de 20 photos, elle retrace l’histoire de trois générations de femme que la vie n’a pas épargnée. Ce témoignage est destiné à Imogen, une inconnue pour ses proches mais à qui Rosamond semble tenir. Qui est-elle ?
Gill, la nièce de Rosamond, qui est chargé de retrouver Imogen, est abasourdie par ces confidences. A quel point connaît-on une personne de son entourage ? Quels impacts vont avoir ces confessions sur la vie de Gill et de ses filles.
Plusieurs questions traversent ce roman : la vie est-elle faite de hasard ? Le destin préside-t-il nos vies ? Peut-on aller contre le schéma familial sous lequel nous avons été élevé ? Reproduit-on systématiquement ce qui nous a construit ?
Jonathan Coe ne dicte pas de réponse mais pousse à la réflexion et nous ouvre des portes pour enrichir la nôtre. A lire sans hésiter pour rentrer en douceur dans l’hiver, au coin du feu avec une tasse de thé. 🙂

Les + :
– le style très fluide qui captive et l’ambiance mélancolique qui se dégage du livre
– l’idée du testament audio
– la transmission des origines, les secrets de famille
– l’entrelacement de ces histoires de femme

Les – :
– Fiction un peu courte qui aurait pu être davantage creusée. Mais peut-être en aurait-on perdu l’essence et sa force actuelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s