Les liens du mariage. J. Courtney Sullivan

Années 50. Frances travaille dans une agence de publicité. Son plus gros client est l’entreprise De Beers, géant mondial de l’extraction du diamant. Ils lui demandent une campagne de publicité pour relancer la tradition de la bague de fiançailles et ainsi écouler un maximum de pierres. Frances invente alors, sur un coin de table, le slogan « Un diamant est éternel ». Il fera le tour du monde pendant plus de 50 ans.  Les ventes de diamants repartiront en flèche. Frances, femme indépendante, célibataire, consacrera toute sa carrière à faire de la bague en diamant le summum du romantisme… et du marketing.
1972. Evelyn, professeur à la retraite aurait pu couler des jours heureux dans sa superbe maison avec son mari Gerald, mais elle doit affronter le divorce de son fils. Une véritable épreuve. Evelyn ne comprend pas. Comment son fils peut-il briser un mariage, une famille ? Seule la mort a pu la séparer de son premier mari, son premier amour.
1987. James, marié et père de quatre enfants, est ambulancier à Boston. Ses journées sont interminables. Il est épuisé, autant par les horaires que par les horreurs quotidiennes qu’il côtoie. Mais James ne veut pas s’arrêter. Il a besoin de l’argent pour offrir à sa femme la bague qu’il n’avait pas pu pas acheter lors de leur mariage.
2003. Delphine tient avec son mari un magasin d’instruments de musique anciens au coeur de Montmartre, à Paris. Elle tombe amoureuse d’un musicien,  quitte tout pour lui et part vivre à New-York, au moment où l’intervention en Irak tend les relations entre les Etats-Unis et la France.
2012. Kate a quitté New-York pour vivre à la campagne. Même si elle vit en couple, elle a toujours fui le mariage, qui n’est pour elle que l’un des engrenages d’une industrie,  ainsi qu’un instrument de domination de la femme. Quand son cousin homosexuel, l’un de ses plus sûrs alliés depuis l’enfance, l’autre rebelle de la famille, lui annonce qu’il va se marier, elle n’en revient pas.
liens du mariage

Emballée par ma lecture de Maine, le deuxième roman de J.Courtney Sullivan que j’avais trouvé plus abouti que le premier, j’avais hâte de me plonger dans son nouveau roman.

La quatrième de couverture vous en apprenant beaucoup, je ne vais pas m’étendre davantage sur l’histoire. L’auteur est une habituée des romans chorale et nous suivons donc 4 femmes et un homme à différentes époques. Tous ont un lien avec l’institution, qu’ils soient mariés, célibataires, en concubinage, divorcés…

Autant vous le dire tout de suite, c’est une grande déception. Je me suis profondément ennuyée pendant toute ma lecture de ce gros pavé. Je n’en retiens pas grand chose d’ailleurs. Plus j’avançais dans l’histoire, plus je la trouvais ennuyeuse. Il ne se passe pas grand chose et les réflexions ne sont pas assez poussées à mon goût. Si le souhait de l’auteur était de rassembler une multiplicité de points de vue sur une thématique, le mariage, elle s’est embourbée dans les clichés et le blabla. Dommage.

Pourtant certains personnages auraient mérité d’être mieux exploités. C’est le cas de Frances par exemple, brillante publicitaire pour l’industrie des diamantaires (qui n’est pas reluisante d’ailleurs) et qui se battra toute sa vie pour être reconnue autant qu’un homme. Ou encore Kate qui a laissé tombée un travail passionnant pour élever sa fille à la campagne. Comme à son habitude, J. Courtney Sullivan nous offre un roman bien documenté ce qui est très appréciable, et sans aucun jugement sur cet homme et ces femmes.

Un roman qui malgré tout ne pas séduite. Je préfère garder en mémoire le souvenir de ma lecture de Maine, que je relirais bien d’ailleurs. Vous pouvez l’ajouter à votre PAL estivale, il serait parfait ! 🙂

Publicités

7 commentaires

  1. Ah mince ! Pourtant l’histoire telle que tu la résumé avait l’air bien. Je ne vais donc pas noter ce livre dans ma wish list. C’est dommage ces livres qui ont une histoire qui a tout pour plaire et qui finalement ne tiennent pas leur promesse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s