Le Livre de Perle. Thimothée de Fombelle

« Il vient d’un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l’attend là-bas, il en est sûr. Pris au piège de notre histoire, Joshua Perle aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour ? » (Gallimard, 2014, 304 pages) Le_livre_de_PerleMagnifique cette couverture !!!

C’est la première chose que je me suis dite la première fois que j’ai vu ce livre. Bon, je sais qu’on ne devrait pas juger un livre à sa couverture. D’ailleurs, elles ne sont pas toutes aussi bien réussies. Mais je suis tombée sous le charme de celle-ci qui ne pouvait être que prometteuse. En plus, je n’avais jamais lu Timothée de Fombelle.

Maintenant qu’on a évoqué la forme, on va pouvoir parler du fond. 🙂

Timothée de Fombelle nous emmène à la frontière entre les contes et la réalité. A l’endroit, au moment où les deux univers se côtoient sans se mélanger. J’aime beaucoup l’idée.
Pourtant, le monde magique que l’auteur nous décrit est froid et machiavélique. Joshua Perle en a été banni. Je ne vous en dis pas plus, l’histoire nous en apprendra la raison.
Envoyé dans notre monde, un peu déboussolé, il est recueilli par la famille Perle qui tient un magasin de guimauves. (Gourmandes, attention, ayez toujours une sucrerie près de vous quand vous lisez). Ils voient en Joshua leur fils disparu et Joshua grâce à eux apprendra à vivre, à se souvenir de son histoire qu’il a complètement oublié le jour où il a été banni de son royaume. Joshua consacrera sa vie à traquer les preuves de l’existence de son univers, à espérer que leur accumulation lui permettra de retourner dans son monde.
Dans l’ombre, Olia l’aidera. Mais aussi la famille Perle, les voisins, les connaissances parfois rencontrés dans des circonstances  surprenantes. Sa vie suivra les évènements historiques : la guerre, l’occupation, la résistance… Tout en s’intégrant au monde dans lequel il a été parachuté, en travaillant dans l’entreprise familiale par exemple, il y reste hermétique. Il n’a pas d’amis, très peu de connaissances. Plus tard, personne ne saura ce qu’il fait de ces week-ends, où il disparait.

L’histoire nous est racontée par un narrateur externe, une troisième personne du singulier dont l’on comprendra le rôle que dans les dernières pages du livre. Embarqué dans l’histoire par Olia dès son adolescence, il restera hanté par cette étrange rencontre et jouera un rôle clé.

Un livre prometteur n’est-ce pas ? Cependant, malgré toutes ces belles entrées en matière, l’histoire manque de magie. Je m’attendais à ce qu’elle se passe davantage dans l’univers du conte ce qui n’est pas le cas, d’où peut-être ma déception. Comme je le disais, j’aime beaucoup l’idée de la mince frontière entre le conte et la réalité mais je ne la trouve pas assez exploitée.

C’est une première expérience mitigée avec Timotée de Fombelle. Je ne sais pas si j’y retournerais. Et vous, connaissez-vous ? Avez-vu lu Tobie Lolness ou un autre de ces romans ?

Publicités

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s