Le dernier gardien d’Ellis Island. Gaëlle Josse

« New York, 3 novembre 1954. Dans quelques jours, le centre d’immigration d’Ellis Island va fermer. John Mitchell, son directeur, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent: Liz, l’épouse aimée, et Nella, l’immigrante sarde porteuse d’un très étrange passé. Un moment de vérité où il fait l’expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d’événements tragiques. Même s’il sait que l’homme n’est pas maître de son destin, il tente d’en saisir le sens jusqu’au vertige.
A travers ce récit résonne une histoire d’exil, de transgression, de passion amoureuse, et de complexité d’un homme face à ses choix les plus terribles. » (Notablia, 2014, 166 pages)

ellis islandNovembre 1954 : John Mitchell attend l’équipe du bureau fédéral qui viendra fermer définitivement les portes d’Ellis Island. Cela fait 45 ans qu’il vit sur cette île et qu’il voit défiler des hommes, des femmes, des enfants qui ont tout quitté pour tenter leur chance en Amérique. Au fil des ans, il est devenu polyglotte et a côtoyé la misère humaine. Petit à petit, le temps et les évènements l’ont renfermé sur lui-même. Il est devenu le gardien de cette île, de son histoire et de sa mémoire.
Ses mérites ne sont plus à prouver : entré simple employé, sa connaissance des lieux, des rouages de l’organisation, ses propositions pour améliorer le fonctionnement de l’île, lui permettent de gravir les échelons jusqu’à devenir directeur. A plusieurs reprises l’administration lui a proposé des postes à Manhattan mais il n’a pu s’y résoudre. Il se sent responsable de ce lieu de passage, de transition et se fait un devoir que tout s’y passe au mieux.
9 jours avant qu’une page de l’histoire se tourne, il pose sur papier les grandes lignes de sa vie et des gens qu’il a rencontrés. Plusieurs figures marqueront ces années : des femmes : Liz son épouse, mais aussi Nella Casarini ; des employés : A.F. Sherman, Luigi Chianese l’interprète un peu trop curieux ; des émigrés : Arne Peterssen, le dernier, Giorgy kovacs, l’écrivain autrichien fuyant le communisme, Francesco Lazzarini, l’italien au passé sombre. Et bien d’autres.

A travers ces quelques personnages, Gaëlle Josse dresse rapidement l’histoire de ces milliers d’exilés qui passèrent par Ellis Island avant d’atteindre la terre promise. Au-delà du fait historique, c’est l’histoire d’un lieu et d’une organisation quotidienne : qui sont révélés : les maladies, l’attente, les interrogatoires. La vie à Ellis Island est déconnectée du reste du monde. Même l’histoire mondiale (guerre, communisme, etc.) semble à peine troubler la vie sur place.

Ce livre me réconcilie avec l’écriture de Gaëlle Josse. Cet été j’ai lu Noces de neige qui m’a beaucoup déçu (la preuve, je ne l’ai pas encore chroniqué!). Du coup, j’appréhendais un peu cette lecture mais je suis ravie de m’être trompée.

En quelques mots : histoire, passion, doute, tristesse, mort, regret, nostalgie.

 

Publicités

4 commentaires

  1. Je suis inscrite au challenge. Je n’ai pas encore reçu ce livre, mais une amie n’a pas du tout accroché aussi ton billet me rassure (mais m’inquiète aussi vu ton avis très mitigé sur son premier livre)

    • Chouette! on va pouvoir échanger! Voire même peut-être un jour se croiser lors d’une rencontre de lecteurs… Je ne vais lire tes avis avant de lire moi-même le livre, je souhaite être influencée le moins possible. Pour le Ellis Island, je peux comprendre que l’on accroche pas car l’histoire est courte et survolée. On en reparle quand tu l’auras lu! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s