Back up. Paul Colize

« Quel rapport entre la mort en 1967 des musiciens du groupe de rock Pearl Harbor et un SDF renversé par une voiture à Bruxelles en 2010 ? Lorsque l’homme se réveille sur un lit d’hôpital, il est victime d’un Lock-in Sydrome, incapable de bouger et de communiquer. Pour comprendre ce qui lui est arrivé, il tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Des caves enfumées de Paris, Londres et Berlin, où se croisent les Beatles, les Stones, Clapton et les Who, à l’enfer du Vietnam, il se souvient de l’effervescence et de la folie des années 1960, quand tout a commencé… » (Folio, 2014, 493 pages)

back-up

J’ai découvert Paul Colize l’année dernière via Un long moment de silence, son deuxième roman que j’avais beaucoup aimé. On retrouve ici la même construction : une enquête menée par plusieurs personnages, d’un côté un journaliste : Michael Stern, de l’autre un kinésithérapeute : Dominique. En parallèle, le personnage principal dont on apprend le nom que dans les toutes dernières pages, nous raconte sa vie.

En 2010, un SDF passe sous les roues d’une voiture et se réveille emprisonné dans son propre corps, victime d’un Lock-in Syndrome. Si vous avez vu le Scaphandre et le papillon, ça devrait vous dire quelque chose. Pour comprendre comment il en est arrivé là, cet homme nous raconte son histoire : son enfance, sa passion pour le rock, son métier de batteur, ses petits boulots, ses histoires d’amour et de drogue aussi. Nous sommes au coeur des sixties et le rock bat son plein. C’est l’époque des Beatles, des Rolling Stones, des radios pirates, du LSD, des amphétamines, de la coke, de l’herbe. Très vite notre homme quitte le cocon familial et cherche du travail. Ses rencontres l’entraineront à Paris, Londres et Berlin. Il vivra principalement la nuit, écumant les boites où se produisent les groupes de rock, à la recherche de sensations et d’une opportunité musicale. Petit à petit, il s’enfoncera dans la drogue, prenant des pilules pour planer, pour tenir la nuit, puis pour dormir. Un cocktail qui ne sera pas sans conséquences.
En parallèle, nous suivons le journaliste Michael Stern, recruté par les familles des 4 musiciens de Pearl Harbor ayant trouvé subitement la mort chacun de leur côté à quelques jours d’intervalles en 1967. Si la police a conclu à une coïncidence et des suicides, les familles ne sont pas convaincues et demandent à Stern de faire la lumière sur cette histoire. Cette enquête virera à l’obsession et l’entrainera à Londres et Berlin, suivant la trace des musiciens, remontant la moindre piste.
Pendant ce temps, notre personnage principal est interné dans une clinique de rééducation où il fait des progrès encourageant grâce à Dominique son kinésithérapeute. Plein de vie et bienveillant, il s’attachera à son patient, gagnera sa confiance et parviendra à mettre un nom sur notre homme.

Houlà, il ne faut pas que je vous en dise trop ! C’est une histoire passionnante et pleine de rebondissements dans laquelle on plonge rapidement. Le style de Paul Colize est fluide, sobre et énergique, ce que renforcent les chapitres courts.

Le petit plus : la playlist du roman au début de l’ouvrage, a retrouvé sur le site de l’éditeur !
Décidément, c’est un auteur que j’apprécie beaucoup ! 🙂

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s