44 Scotland Street. Alexander McCall Smith

« Quand la jeune Pat pousse la porte du 44 Scotland Street, elle espère bien prendre un nouveau départ. Entre son colocataire, un beau gosse insupportable et terriblement séduisant, et son excentrique voisine de palier, Domenica, la voilà entraînée dans une nouvelle vie au coeur de l’Edimbourg bohème. Son travail à la galerie « Something Special » s’annonce pourtant un peu morne. Sauf que Pat découvre au fond de l’obscur endroit un tableau qui pourrait bien valoir son pesant d’or et transformer sa vie ! » (10/18, 2008,413 pages)
44-scotland-street-McCall-Smith

Si vous avez lu Armistead Maupin et ses Chroniques de San Francisco, la lecture de cette quatrième de couverture doit vous rappeler quelque chose ! Alexander McCall Smith ne s’en cache pas d’ailleurs dans sa préface. Il raconte sa rencontre avec monsieur Maupin et leur échange autour de l’écriture d’un récit à épisodes ou roman-feuilleton (pas photo, hein, rien à voir). Vous trouverez donc beaucoup de similitudes entre ces deux romans.

Nous sommes à Edimbourg au 44 Scotland Street, où Bruce est à la recherche d’un/une colocataire. Jeune ambitieux à l’égo démesuré, il travaille dans un cabinet d’expertise immobilière.
Pat, 20 ans, est en deuxième année sabbatique. La colocation est un moyen pour elle de quitter le nid familial, de travailler un peu en espérant que son avenir s’éclaircisse. Elle emménage donc dans l’appartement de Bruce, décroche un job à la galerie d’art « Something Special » et rencontre petit à petit ses nouveaux voisins.
Il y a Domenica, la voisine de palier, commère notoire au passé romanesque et aux activités mystérieuses.
Il y a aussi Bertie, 5 ans qui parle Italien et joue du Saxo. Irène, sa mère, est obsédée par la réussite de son fils qu’elle voit comme un prodige aux capacités démesurées.

En plus des habitants du 44 Scotland Street, nous rencontrons également ceux qu’ils côtoient : Matthew qui tient la galerie d’art, Big Lou la gérante du café proche de la gallerie, Angus Lordie un ami artiste de Domenica, le Dr Fairbairn, et bien d’autres.

Comme dans les Chroniques de San Francisco, les vies et histoires des uns et des autres, se croisent et s’entremêlent dans un roman fade où l’on n’est que spectateur. Je me suis profondément ennuyée pendant cette lecture que j’ai fait trainer pendant plus d’une semaine. J’ai trouvé les personnages sans relief, pas assez creusés et un peu trop caricaturés. Je pense que c’est dû au format, le roman feuilleton, à cette obligation de chapitres courts, de rebondissements à chaque épisode. L’histoire se tient mais manque de peps pour susciter mon intérêt. Domenica est excentrique mais pourrait être plus haute en couleur. Bertie est le personnage qui m’a le plus attiré mais j’ai senti comme une hésitation à le creuser. Je m’attendais à en apprendre davantage sur Edimbourg mais l’histoire pourrait se situer dans n’importe quelle ville d’occident.

Bref, une belle déception mais qui ne traine plus dans ma PAL (faut voir le point positif) ! 🙂

En lecture commune avec Natoria qui n’a pas réussi à aller jusqu’au bout.

Publicités

7 commentaires

  1. C’est fou, à croire que ce roman a été un moment de torture pour tout le monde !! Quel ennui…. Et tu trouves que les Chroniques de San Francisco sont du même acabit alors ? Parce que pour le coup je n’en ai lu et entendu que du bien, et le premier volet est dans ma PAL…
    Merci en tout cas pour cette LC, et désolée de pas avoir réussi à tenir mon engagement ! Mais quelle idée d’écrire des romans aussi mauvais, l’auteur ne nous a vraiment pas aidées ^^

    • ça c’est sur, c’était pas un cadeau! Du coup, je suis plutôt réticente à découvrir autre chose de lui. Dans mon souvenir, les chroniques de SF sont beaucoup mieux. Mais je n’ai lu que le premier tome. Attend un peu avant de le lire, histoire que ta lecture ne soit pas gaché par une appréhension 😉

      • Tu me rassures, je reste très enthousiaste à l’idée de lire Maupin ! Mais de toutes façons je ne peux pas faire rentrer ses chroniques dans mon planning de lecture pour le moment, cela attendra 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s