Chocolat. Joanne Harris

« Lansquenet est un petit village au coeur de la France où la vie s’écoule, paisible et immuable. L’arrivée d’une mystérieuse jeune femme, Vianne Rocher, et de sa fille, Anouk, va tout bouleverser. D’autant qu’elle s’avise d’ouvrir une confiserie juste en face de l’église, la veille du carême ! Dans sa boutique, Vianne propose d’irrésistibles sucreries. Et beaucoup succombent à son charme et à ses friandises… Car le chocolat de Vianne soigne les espoirs perdus et réveille des sentiments inattendus. Tout cela n’est pas du goût de Reynaud, le prêtre de la paroisse, convaincu que les douceurs de Vianne menacent l’ordre et la moralité… En tout cas, la guerre est déclarée. Deux camps vont s’affronter : les partisans des promesses célestes et ceux des délices terrestres. » (Edition Quai Voltaire, 2000, 333 pages)

chocolatFaut-il réellement que je vous présente ce livre ? Si vous ne le connaissez pas, vous connaissez surement le film qui en est tiré, du même nom avec comme têtes d’affiche Johnny Deep, Juliette Binoche et Judi Dench. C’est peut-être un des rares films où l’on salive plus devant le chocolat qui s’étale devant nous, qu’en regardant Johnny Deep ! 😉

En tant que blogueuse qui souhaite prendre soin de ses lecteurs, il faut que je vous prévienne. Avant de commencer votre lecture ou votre visionnage, sachez qu’il ne faut pas le lire/voir si :

– vous faite un régime
– vous mourrez de faim
– vous n’avez pas à portée de main 1 ou 2 tablettes/boite de chocolat

Vous voilà prévenus, je peux donc vous en parler librement.

J’ai découvert Chocolat en regardant le film. Je n’ai appris que très récemment qu’il était tiré d’un livre qu’aussitôt je me suis promis de lire un jour. Les courtes et fraîches vacances que j’ai prise cette année m’ont permis de mettre mon plan à exécution. J’ai dévoré en quelques jours ce livre qui comporte de nombreuses différences avec le film, a tel point qu’on peut les voir comme deux oeuvres différentes.

Vianne et sa fille Annouck emménage dans un petit village du sud-ouest de la France, Lansquenet et décident d’y ouvrir une chocolaterie, la Céleste Praline. Dans ce village où tout le monde se connait, l’ouverture d’une confiserie en plein Carême n’est pas du goût de tout le monde, notamment de M. Reynaud, prêtre du village. Pire, Vianne est mère célibataire. Dès son installation, Vianne ressent la tristesse qui règne sur ce village et décide de se servir des chocolats comme d’un outil de psychothérapie et un générateur de lien social. Bien sûr, Reynaud ne laissera pas cette étrangère saper son travail et s’approprier sa communauté qu’il rappelle dans le droit chemin à coup de sermons. Les habitants vont être tentés, partagés, tiraillés ou camperont sur leurs positions.

J’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans ce livre et ses personnages. Les chapitres donnent alternativement la voix à Vianne et Reynaud, un peu comme des journaux intimes, ce qui permet aux lecteurs de multiplier les points de vues et de comprendre les arguments de l’un et de l’autre. Outre les personnages principaux de Vianne, Annouck et Reynaud, il y a une foule de personnages secondaires extrêmement attachant comme Armande, Joséphine ou encore Guillaume. Le chocolat apparait alors comme un remède pour tout. Plus que de la haine, j’ai éprouvé de la tristesse devant la bêtise de Reynaud, Muscat et Caroline Clairmont.
Je vous rassure, il n’est pas question que de chocolat dans ce livre. On parle de l’importance des liens (amicaux, amoureux, parentaux, etc.), du bonheur de vivre, de la maladie, de la mort, de la foi (traitée un peu trop de façon manichéenne à mon goût), de l’amour bien sûr mais aussi de magie. Dans cette histoire, Vianne c’est un peu la Suisse : un personnage neutre car nouveau dans la communauté, ne connaissant pas les habitants donc sans à priori, ni préjugés. Au fil des pages, chaque personnage sera amené à évoluer, à modifier ses comportements pour faire preuve de tolérance. Par sa présence et sa capacité à mettre en confiance, Vianne insufflera juste un autre mode de vie, de pensée et d’indépendance dans cette petite communauté. Son attachement à Lansquenet et sa volonté de s’y installer définitivement la mènera à une véritable réflexion sur elle-même, sa vie et ses envies.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s