Sauf les fleurs. Nicolas Clément

« Marthe vit à la ferme avec ses parents et son frère Léonce. Le père est mutique et violent, mais l’amour de la mère, l’enfance de Léonce et la chaleur des bêtes font tout le bonheur de vivre.
À seize ans, elle rencontre Florent et découvre que les corps peuvent aussi être doux. Deux ans plus tard, le drame survient. Les fleurs sont piétinées, mais la catastrophe laisse intacts l’amour du petit frère et celui des mots. » (Buchet-Chastel, 2013, 80 pages)

Sauf les fleursC’est un roman qui m’a attiré dès sa parution. Je l’avais en tête lorsque je me suis inscrite au Challenge 1% rentrée littéraire. Le titre et la quatrième de couverture étaient aguichant. Puis je l’avais oublié, bien qu’il ait sa ligne dans mon carnet dont je ne me sépare jamais. Jusqu’à vendredi, lors d’une virée imprévue en bibliothèque où je l’ai vu et m’en suis emparée.

Marthe nous raconte les vingt premières années de sa vie. Avec son frère Léonce et ses parents, elle habite une ferme simple et tranquille. Sa vie est rythmée par les soins apportés aux animaux, l’école, l’amour de sa mère…et les accès de colère de son père. Sa mère essuie les coups, les enfants cherchent refuge auprès des bêtes et essaient de protéger leur mère. Marthe grandit et rencontre Florent qu’elle suivra jusqu’à Baltimore.

Nicolas Clément est un professionnel du mot. Ses phrases courtes ont souvent plusieurs sens. Il parvient à évoquer des choses graves sans chercher à faire pleure le lecteur. Cela donne de très belles phrases poétiques et fortes.
Pourtant, je suis déçue. J’aime sa manière de construire son récit, le sujet traité, son écriture poétique. Mais trop de poésie tue ! C’est ce que je retiens de ce court roman qui pourrait pourtant être puissant. Certains passages contiennent tellement de métaphores que je ne les ai tout simplement pas compris. Ce premier roman est pour moi une déception mais je pense que l’auteur est à suivre.

challenge 1 rentrée littéraire2013

Publicités

4 commentaires

  1. Je vois bien ce que tu veux dire, parfois c’est trop et j’ai dû m’y reprendre à deux fois pour comprendre un passage. Mais au final j’ai trouvé que le style correspondait bien au texte et j’ai été transportée par cette histoire.

    • Je suis d’accord. J’avais lu des avis contraires c’est pour cela que je me le suis procurer pour me faire ma propre opinion. Avec le recul, je n’en garde pas un si mauvais souvenir finalement. Tu l’as lu ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s