L’école des saveurs. Erica Bauermeister

« Un jour la petite Lillian se lance un défi fou : si elle parvient à guérir sa mère de son chagrin en cuisinant, elle consacrera sa vie à la gastronomie. La magie d’un chocolat chaud opère et, vingt ans plus tard, Lillian anime un atelier des chefs » (Le livre de poche, 2011, 250 pages)

ecoledessaveurs1 kg de gourmandise
500 g de délicatesse
250 g de tendresse
125 g de générosité
50 g d’émotion

Mélanger le tout et vous obtiendrez l’Ecole des saveurs d’Erica Bauermeister. L’auteur nous offre un moment hors du temps où la cuisine n’est pas seulement un instant plaisir mais aussi la réponse à tous nos soucis, la solution pour avancer dans la vie ou y remettre de l’ordre.

Petite fille, Lillian décide de faire face à sa mère dépressive en cuisinant. Elle se lance un défi : si elle parvient à redonner vie à sa mère, elle consacrera sa vie à cuisiner. Aidée d’Abuelita, elle étudie les ingrédients, les mets, les épices, expérimente telle une scientifique le mélange des saveurs. Elle souhaite en tirer le meilleur, en tout cas, ce qui correspondra à la personnalité, à l’humeur du destinataire du plat qu’elle cuisine.

Vingt ans après avoir guéri sa mère, elle est à la tête de son restaurant « Chez Lillian » où elle partage sa passion sous forme de cours de cuisine. Chaque année, un lundi par mois se regroupent autour d’une table, des élèves d’horizons divers, qui partagent, découvrent, apprennent sur la cuisine et sur eux-mêmes. Il y a Claire, mère de deux enfants, qui s’est perdue dans l’enchaînement des évènements de sa vie ; Carl et Helen, couple aux cheveux argentés, cachant derrière une apparente solidité et un amour indéfectible, les hauts et bas d’une vie de couple qui les as rendus plus unis que jamais ; Antonia, jeune expatriée venue en Amérique pour découvrir autre chose ; Ian, informaticien qui voit en ces cours un défi à relever ; Tom, hanté par le souvenir de sa femme, elle aussi passionnée de cuisine, qui tente de renouer avec le monde extérieur ; la jeune Chloé manque de confiance en elle mais fait preuve de volonté pour avancer ; et il y a Isabelle qui se demande s’il est utile de se fabriquer de nouveaux souvenirs en sachant que l’on va les perdre.

Au fil des cours et des saisons, il va naître de ce groupe d’élève une solidarité, une amitié qui perdurera. Chaque nouvelle recette ravivera des souvenirs. L’expérience des uns rassurera les autres. Lillian est le chef d’orchestre de ce petit monde. Elle sait en un simple contact ce qui fera plaisir aux gens, quel ingrédient (ou quelle personnalité) permettra de guérir les peines anciennes ou de retrouver des bonheurs enfouis.

C’est un roman que je ne peux que vous recommander chaudement ! La gourmande que je suis a vu ses papilles saliver à de nombreuses reprises. J’ai aussi versé quelques larmes et me suis surprise à sourire. Je regarde désormais la cuisine avec un œil neuf, pas que je doutais de ses pouvoirs sur les sentiments (j’en ai déjà fait l’expérience), mais ce livre donne envie d’expérimenter, d’avoir ses propres herbes sur son balcon.  Il rejoint une de mes profondes convictions : bons ingrédients + amour = bon petits plats.

C’est un remède contre le mauvais temps ambiant, contre le blues de l’hiver, la déprime d’un instant. C’est un livre qui se vie !

Bonne dégustation!

challenge_us

Publicités

9 commentaires

    • Totalement d’accord ! Depuis ma lecture j’ai envie de faire des pâtes avec la fameuse sauce!
      Je crois que c’est sur ton blog justement que j’avais repéré ce livre. Elle en a écrit d’autre, tu as eu des echos ?

  1. Ravie qu’il t’ait plu, c’est un délicieux souvenir pour moi aussi! Elle a écrit dernièrement « Le goût des souvenirs » dont j’en ai déjà entendu beaucoup de bien! j’ai hâte de le lire 😀

  2. […] L’école des saveurs. Erica Bauermeister Petite Lilian décide de guérir sa mère par la cuisine et d’en faire son métier. Elle ouvre son restaurant et partage sa passion en donnant des cours de cuisine. Un lundi par mois se regroupent autour d’une table des élèves d’horizons divers, qui partagent, découvrent, apprennent sur la cuisine et sur eux-mêmes. Une très belle découverte qui vous donne juste envie de sourire et de manger ! […]

  3. Tu me tentes, avec tes articles comme des grosses boîtes de chocolat. J’en ai tellement à lire et tu t’amuses à me mettre une friandise de plus sous le nez? Aie aie aie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s