Guillaume et Nathalie. Yanick Lahens

« Guillaume est sociologue, Nathalie architecte. Ils se rencontrent à la veille du séisme qui a ravagé Haïti en janvier, autour d’un projet polyvalent dans les environs de port-au-Prince. Entre l’homme de cinquante ans revenu de ses utopies, dont toute la vie s’est jouée dans son île et la jeune femme au sombre passé qui vient de vivre de longues années en France, l’attirance est immédiate. » (Sabine Wespieser, 2013, 180 pages)

guillaume et nathalieGuillaume et Nathalie est le deuxième titre lu dans le cadre du Prix des Lecteurs Nantais. Parmi la sélection, il fait partie de ceux qui ne m’attiraient pas du tout. Mais après une première belle découverte, mon optimisme m’a poussé à me tourner vers ce roman.
Les bibliothécaires l’ont présenté comme une histoire d’amour se déroulant à la veille du tremblement de terre qui secoua Haïti en 2010. Ce qui est vrai. Sauf que dans ma tête, je pensais vivre avec les deux amants ce drame et ses conséquences. J’avais imaginé pleins de scénarios avant de me plonger dans sa lecture. Sauf que je me suis complètement fourvoyée! Dans son roman, Yanick Lahens nous décrit les prémices d’une histoire d’amour : la rencontre, les premiers regards, la séduction, l’attachement et surtout le désir. Avec pour toile de fond Haïti. Effacer tout de suite de vos esprits les plages de sable fin, la mer turquoise, le soleil et les palmiers. L’île qui est décrite ici est en prise avec la corruption, la misère, la violence, le racisme. Alors Yanick Lahens a choisi de mettre un peu de douceur dans ce monde de brute en nous racontant cette histoire de séduction, qui nous ferait presque oublier le lieu dans laquelle elle se déroule.

Le style et le choix des mots reflètent la tendresse de l’auteur pour son pays. L’écriture de Yanick Lahens est à la fois impatiente et lente, sensuelle à l’image du désir qui habite ses personnages.
Pourtant cette histoire ne m’a pas touchée. Je suis restée en dehors, me sentant parfois presque voyeuse. Le jeu de séduction m’a ennuyé. J’étais quelques fois perdue entre l’histoire d’amour, la création du projet polyvalent et le passé des personnages. Par contre, la violence et le racisme qui touche cette île m’ont frappé et resteront dans ma mémoire.

PLN 2014

Publicités

3 commentaires

    • Je suis d’accord. J’ai fait de très belles découvertes avec cet éditeur, notamment « Les trois lumières » de Claire Keegan et « Le meilleur des jours » de Yassaman Montazami. Je te les conseils si tu ne les a jamais lu. Mais celui-ci ne m’a pas plu. Le prochain me plaira peut-être davantage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s